Cabinet de Podologie Julien PROUST
Podologue à Cognac en Charente (16) 53 avenue d’Angouleme 16100 CHATEAUBERNARD

Categories

Accueil > Pathologies > Maladie d’osgood-Schlatter

Maladie d’osgood-Schlatter

Voila un resumé généraliste de la pathologie.

Fragmentation de l’attache tibiale non encore ossifiée du tendon rotulien, sous les forces de tractions répétées dues à certains sports.

La maladie d’Osgood-Schlatter est une affection du genou ; c’est une apophysose aussi appelée ostéochondrose tibiale antérieure puisque il s’agit d’une souffrance de l’insertion basse du tendon rotulien au niveau de la tubérosité tibiale antérieure. La douleur résulte de micro-traumatismes répétés exercés sur le tissu cartilagineux de la tubérosité tibiale antérieure par l’intermédiaire du tendon rotulien. Elle touche principalement l’enfant sportif, et se manifeste par une douleur de la face antérieure du genou. La maladie a été décrite en 1903 par les Dr. Osgood et Schlatter, chacun de leur côté.

Épidémiologie[modifier]

La maladie d’Osgood-Schlatter est une cause banale de douleur du genou chez le grand enfant et l’adolescent sportif. Elle affecte essentiellement le jeune garçon sportif entre 12 et 15 ans1 mais peut débuter dès 8 ans2 . Elle toucherait près de 20% des enfants sportifs, et 5 à 10% des enfants non sportifs2. Elle serait bilatérale dans un tiers des cas3.

Diagnostic[modifier]

La tubérosité tibiale antérieure, à la face antérieure du genou, est le siège de la douleur.
L’examen clinique suffit à assurer le diagnostic.Un podologue du sport peut aprés examen vous donner ce diagnostic rapidement. Initialement l’enfant présente une boiterie après le sport. Puis la douleur peut s’intensifier et devenir permanente, présente même au repos. La douleur siège à la face antérieure du genou, au niveau de la tubérosité tibiale antérieure (TTA). A la palpation, celle-ci est tuméfiée, sensible voire douloureuse. Le genou lui même, ainsi que la rotule, sont indolores2.

Une radiographie n’est pas nécessaire notamment lorsque le tableau clinique est évocateur et que les douleurs sont bilatérales. Elle peut être utile pour éliminer une autre pathologie si les douleurs sont unilatérales, atypiques ou rebelles au traitement. Initialement on retrouve un soulèvement de la tubérosité tibiale antérieure avec élargissement de son cartilage de croissance ; dans les stades plus évolués, la TTA est fragmentée et on peut voir parfois des calcifications dans le ligament rotulien2.

Évolution[modifier]

La maladie d’Osgood-Schlatter est bénigne et évolue généralement sans séquelle après l’arrêt de l’activité sportive dans plus de 90% des cas1. Si le repos sportif est respecté, la guérison se fait habituellement en quelques mois2, mais peut durer un ou deux ans, voire jusqu’à la fin de la puberté4.

Parfois des complications sont possibles, avec persistance de l’impotence douloureuse ou complications orthopédiques telles que pseudarthrose ou migration d’un fragment de la tubérosité1.

Parfois, des séquelles peuvent persister jusqu’à l’âge adulte, telles que des douleurs dues aux calcifications intratendineuses, ou une tuméfaction de la TTA persistante pouvant gêner lors de l’agenouillement ou d’activité physique2.

Traitement[modifier]

Aussitôt le diagnostic fait, l’arrêt complet de l’activité physique s’impose : prolonger le sport en dépit de la douleur peut nettement aggraver la situation et dans tous les cas augmente la durée nécessaire à la disparition de l’affection et de la douleur.

La douleur étant le signe de la persistance du problème, il est important de s’y fier. Il convient, même après disparition de toute douleur, d’être prudent dans la reprise de l’activité sportive ; il faut aussi s’interrompre dès sa réapparition éventuelle. Lors de la reprise il faut insister sur l’échauffement,les renforcement proprioceptif et les étirements2.

Il n’y a aucun traitement médicamenteux spécifique. Des anti-inflammatoires et des antalgiques sont parfois prescrits, mais ne doivent pas être pris pour pouvoir continuer le sport2, car ils masqueraient la douleur qui est un signe d’alerte nécessaire.Seul les orthéses plantaires ou semelles orthpéditiques peuvent stabiliser et soulager les douleurs.

Lorsqu’il existe à l’examen une rétraction du muscle droit de la cuisse, de la kinésithérapie peut être prescrite, afin d’étirer ce muscle2.

Dans le pire des cas,l’arrachement et le déplacement de la tubérosité tibiale peut parfois nécessiter une fixation chirurgicale2

Un traitement chirurgical peut être envisagé pour éliminer les séquelles de cette maladie à l’âge adulte5.

Depuis quelque temps, en rhumatologie, le traitement par onde de choc extra-corporelle est utilisé pour traiter cette maladie